Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Page 8 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par ERIC le Mar 24 Fév 2015 - 19:02

En tout cas vous me rendez heureux quand je vois que beaucoup de personnes l achete en magasin et pas sur internet. Pour un vendeur c'est un beau cadeau.

ERIC
Très très fan

Messages : 9369

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par myky le Mar 24 Fév 2015 - 19:08

ERIC a écrit:En tout cas vous me rendez heureux quand je vois que beaucoup de personnes l achete en magasin et pas sur internet. Pour un vendeur c'est un beau cadeau.
Tous mes livre je les achète en librairie bounce
avatar
myky
Très fan

Masculin Messages : 3278
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par ERIC le Mar 24 Fév 2015 - 19:10

myky a écrit:
ERIC a écrit:En tout cas vous me rendez heureux quand je vois que beaucoup de personnes l achete en magasin et pas sur internet. Pour un vendeur c'est un beau cadeau.
Tous mes livre je les achète  en librairie bounce

Ça c'est super symp, c'est grâce à des personnes comme toi qu il y a encore des liblibraires.
avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9369
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Nicolas le Mar 24 Fév 2015 - 19:35

ce qui est bien maintenant ce sont aussi ces petits libraires qui se mettent sur Internet; cela permet d'allier le côté pratique (voir si le livre est en rayon, l'acheter virtuellement et se rendre en magasin pour le retrait) à la nécessité de faire fonctionner les "petits"

_________________
 Like a Star @ heaven ...On ne se rencontre jamais par hasard, il n'y a que des rendez-vous...  Like a Star @ heaven
avatar
Nicolas
Modérateur

Masculin Messages : 13890
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par ERIC le Mar 24 Fév 2015 - 19:37

Oui nico, dans ma librairie c'est comme ça aussi. On peut même l expédié par la poste si vous pouvez pas vous déplacer.
avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9369
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Nicolas le Mar 24 Fév 2015 - 19:40

C'est un très bon compromis ! :-)

_________________
 Like a Star @ heaven ...On ne se rencontre jamais par hasard, il n'y a que des rendez-vous...  Like a Star @ heaven
avatar
Nicolas
Modérateur

Masculin Messages : 13890
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par ERIC le Mar 24 Fév 2015 - 19:45

Oui faut qu'on se mette à la page Amazon sinon on est mal barré.
avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9369
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Tempête Nébulaire le Mar 24 Fév 2015 - 20:50

ERIC a écrit:En tout cas vous me rendez heureux quand je vois que beaucoup de personnes l achete en magasin et pas sur internet. Pour un vendeur c'est un beau cadeau.

"Chapitre" a fermé dans ma ville il y a bientôt 2ans ... j'ai trouvé cela terrible... heureusement plusieurs employés ont eu la force de s'associer et d'ouvrir 1an après, leur propre librairie... l'unique pour une ville de 23 000 habitants !!! Je met un point d'honneur à tout acheter chez eux, bouquins, cahiers, classeurs stylos etc etc etc ... même si, à 10mns de chez moi coté Allemagne, tout est moins onéreux... mais, marre de voir toute les boutiques, magasins culturel et autre fermé pour laisser place aux kebab et opticiens, il n'y a plus que cela chez moi.
avatar
Tempête Nébulaire
Bavard

Masculin Messages : 643
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par ERIC le Mar 24 Fév 2015 - 21:47

Tu parle de chapitre, je bossais à chapitre. Heureusement on a eu la chance de survivre à Lorient car sur 52 librairies 23 on fermé.
avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9369
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Tempête Nébulaire le Mar 24 Fév 2015 - 22:48

ERIC a écrit:Tu parle de chapitre,  je bossais à chapitre. Heureusement on a eu la chance de survivre à Lorient car sur 52 librairies 23 on fermé.

Oui chez moi il a fait parti des 23 mou ... Mais heureusement plusieurs employés ce sont serré les coudes et on ouvert, non sans mal, un truc à eux Smile du coup je tente d'y aller régulièrement
avatar
Tempête Nébulaire
Bavard

Masculin Messages : 643
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par nell77 le Mer 25 Fév 2015 - 15:26

livre fini...
j'avoue ne pas être emballée... et même assez déçue par certains passages à la fin...
mais bien entendu ça n'engage que moi, bonne lecture les copains Wink

_________________

"dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien On n'est plus seul, on sert enfin, enfin, à quelque chose et à quelqu'un"
avatar
nell77
Modératrice

Féminin Messages : 74110

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par melodie le Mer 25 Fév 2015 - 20:49

ERIC a écrit:En tout cas vous me rendez heureux quand je vois que beaucoup de personnes l achete en magasin et pas sur internet. Pour un vendeur c'est un beau cadeau.

un achat de livre sur le net à non je préfère une boutique et de loin éric !

le conseil du vendeur et la commande qu'il peut faire en plus sa vaut le net qui supprime à mon sens des emplois dans les boutiques si les commandes se font sur ce genre de support !

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Lycane le Ven 27 Fév 2015 - 10:00

Bien, merci de faire vivre la librairie! Very Happy
avatar
Lycane
Nouveau

Féminin Messages : 32
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par melodie le Ven 27 Fév 2015 - 17:51

Lycane a écrit:Bien, merci de faire vivre la librairie! Very Happy

normal Laughing que je passe par là en même temps je suis pas de la génération du net Razz

je  ne connais que l'ancien système Razz  et heureusement Razz

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par choupido le Ven 27 Fév 2015 - 18:16

Et ben , je ne suis pas prêt de l'acheter ce bouquin ...
avatar
choupido
Très très fan

Masculin Messages : 9726
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Nicolas le Ven 27 Fév 2015 - 19:55



http://www.idolesmag.com/interview-552-Bernard-Minet.html

Bernard Minet, Musclé pendant une dizaine d’années aux côtés de Dorothée, publie ses souvenirs et de nombreuses anecdotes du « Club Dorothée » dans un ouvrage intitulé « Ma vie de folie » aux Édition Mareuil. C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons été à sa rencontre. Au cours de cet entretien, nous évoquerons bien entendu les années « Club Do », mais également ses débuts de musiciens, dans l’orchestre de Sheila ou celui de Nicole Croisille, et bien entendu dans celui de Charles Aznavour. Il a pris des baffes pendant des années à la télé, aujourd’hui Bernard Minet chante toujours Bioman et n’a rien perdu de son humour et de sa sympathie.



Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire cette autobiographie ? Et pourquoi maintenant ?

D’abord, soyons honnêtes… c’était un peu dans l’air depuis quelques années ! Je voyais tellement de bêtises sur les forums et dans les commentaires de certains articles que je me disais qu’il faudrait peut-être un jour que je livre ma version. Il y avait tellement d’interprétations différentes… Et puis d’un autre côté, il y avait Clarisse Merigeot qui m’avait interviewé pour un magazine branché il y a quelques années lors d’un concert avec un groupe rock à la Loco de Paris. Plus tard, elle m’a relancé sur internet et est revenue vers moi. Et puis, je vais être très franc avec vous, je n’étais pas très content de l’article qu’elle avait fait à l’époque… (sourire) Elle avait parlé d’un sac en plastique où je rangeais mon costume de Bioman. Et ce n’était pas du tout ça, c’était un sac en plastique où je mettais mes affaires mouillées en sortant de scène. Bref ! Son article ne m’avait pas trop plu. Elle était donc journaliste pour Entrevue, un magazine un peu choc dans sa démarche, donc, ça ne m’étonnait pas vraiment. Et puis, un jour, elle se rapproche de moi via Facebook et elle me demande si je me souvenais d’elle. Bien sûr que je m’en souvenais ! (rires) Elle m’a dit qu’elle était aujourd’hui écrivain et qu’elle avait déjà publié huit ou neuf livres. Elle avait envie de faire un livre sur mon parcours. À cette époque, j’étais en train de lire un livre sur Zlatan Ibrahimovic, qui m’a d’ailleurs réconcilié avec le football, mais ça, c’est une autre histoire ! (sourire) J’avais bien aimé ce bouquin. Je trouvais que c’était très bien fait. Je savais très bien que ce n’était pas lui qui l’avait rédigé, mais l’écrivain qui l’avait aidé avait réussi à faire comprendre au lecteur que c’était Zlatan qui parlait à la première personne. Alors, j’ai dit à Clarisse que si elle faisait le même boulot… eh bien, pourquoi pas ? Elle m’a envoyé un livre qu’elle avait écrit un peu avant sur un candidat de la « Nouvelle Star ». Quand j’ai lu ce livre, je me suis rendu compte qu’elle arriverait à me faire parler comme je le voulais. Je lui ai donc donné mon accord. Après, on a travaillé de nombreux mois parce qu’elle a voulu vraiment me questionner sur tout. Ça a duré près de neuf mois. Après, on a connu quelques problèmes de parcours… l’éditeur qu’on avait contacté en premier a fait faillite juste avant la sortie. On était alors en 2014. Donc, on a contacté ce jeune éditeur, Mareuil Éditions. Et il a décidé de nous publier.

On vous a vu beaucoup à la télé, et notamment au « Club Dorothée », sur scène aussi. Mais finalement le public ne vous connait pas tant que ça…

C’est normal, ça. On a une image qui est dirigée bien souvent. Vous savez, j’ai eu quelques rôles dans des sitcoms, mais ce n’était pas moi ! Et heureusement, je ne prends pas des baffes toute la journée par ma femme !! (éclats de rire) Donc, là, c’était le bon moment pour publier ce livre. Dans votre précédente question, vous me demandiez pourquoi je le sortais maintenant. Disons que j’ai eu la soixantaine et que c’est rigolo tout ce qui s’est passé après 1997, après l’arrêt du « Club Dorothée ». En 2000, il y a eu cette vague de nostalgie qui fait qu’aujourd’hui encore, je suis sur scène. C’est une vague qui n’est pas finie et qui ne s’arrêtera jamais. J’ai pris conscience de ça aussi. Toute cette période de galas et de soirées est également très très importante pour moi. J’ai toujours mis un point d’honneur à faire ça bien, à le faire avec beaucoup de professionnalisme. Parce que je pense que c’est mon devoir. Et puis, aussi, par respect pour le public, j’ai toujours mis un point d’honneur à faire des prestations parfaites. Donc, tout ce qui m’arrive aujourd’hui est très bien ! Quand je pense au premier contact qu’on a eu avec Clarisse Merigeot en vue de sortir ce bouquin, c’était il y a deux ans, quelque chose comme ça… je me disais qu’il était peut-être aussi temps de mettre un point définitif à tout ça. Mais non, deux ans après, ça continue. Regardez, en fin d’année, il y a eu un magnifique reportage sur la folle histoire du Club Dorothée sur D8. Et là, on se rend compte que c’était important, que c’est là, que ça a existé. Et finalement, je pensais qu’un jour je tirerais un trait, mais très honnêtement, je pense que je ne tirerai jamais de trait. Et je le fais avec un grand plaisir ! Quand je parle de tirer un trait, il ne faut rien voir de péjoratif là-dedans. Je ne veux pas que les gens pensent que je veux me débarrasser de ça. Bien au contraire ! Regardez, récemment, j’ai fait un salon Manga en Suisse. Il y avait une petite de treize ans qui aimait « Salut les Musclés ! » parce qu’il y a actuellement en Suisse des rediffusions. Il y avait aussi des jeunes de vingt ans qui découvrent tous ces mangas. Il y a un paramètre dont il faut tenir compte aujourd’hui et qui n’existait pas avant, c’est Internet. Internet, c’est une toile d’araignée incroyable. N’importe quel gamin qui aime un manga et qui va faire une recherche peut tomber sur un des génériques que j’ai chantés et voir que j’en ai chanté quelques autres. Et puis, il y a aussi la transmission. Les gamins qui regardaient le « Club Dorothée » ont aujourd’hui des enfants et leur montrent ce qu’ils regardaient à l’époque… C’est une fierté de transmettre à son enfant ce qu’on regardait à la télé quand on était petit. Le papa est content parce que ça plait à son fils et le fils se dit que son père ne regardait pas des trucs ringards ! Il y a en tout cas un phénomène extraordinaire qui se passe aujourd’hui…

À la pleine époque du « Club Dorothée », avez-vous eu conscience que vous alliez marquer toute une génération et que des années après, vous seriez toujours là à chanter « Bioman » ou « Les Chevaliers du Zodiaque » ?

Pas du tout ! À aucun moment ! Quand tout s’est arrêté, pour moi, c’était la fin d’une merveilleuse aventure et la fin d’une époque. Je vais vous dire pourquoi… pour la bonne et simple raison qu’en 1997, la nostalgie n’existait pas. Elle existait bien évidemment pour nos parents. Ils étaient nostalgiques de l’accordéon, de Charles Trenet, de Tino Rossi et du tango. Donc, en 1997, je n’ai jamais pensé qu’un jour je rechanterais ces titres-là. Jamais ! Encore moins dans une boîte de nuit… Et encore beaucoup moins au Queen de Paris ! (rires) Personne n’aurait pu imaginer ça ! Comme je le dis dans le livre, quand tout s’est arrêté, j’ai essayé de rebondir. Sans dépression. Mais c’était fini, c’est tout. Et il ne s’est rien passé jusqu’à ce coup de téléphone du Queen et cette vague de nostalgie. En 2000, donc trois ans après l’arrêt du « Club Dorothée », je me suis retrouvé avec des jeunes de vingt ans qui étaient déjà nostalgiques de leur enfance… grâce à la télévision ! Il faut dire que la nostalgie pour les enfants n’existait pas auparavant, parce que la télévision pour les enfants n’existait pas non plus avant le « Club Dorothée ».

Vous en parlez dans le livre, mais que se passe-t-il dans votre tête quand en 2000, vous recevez ce coup de téléphone de l’organisateur des soirées du Queen vous proposant de venir y chanter ? Vous croyez à une blague ?

Oh oui ! Je pense tout de suite au jeu de massacre qu’on voit dans les fêtes foraines, ces petites boîtes de conserve qu’on doit dégommer avec des balles en chiffon. C’est la première pensée que j’ai eu… parce que j’étais allé boire des coups au Queen, forcément. J’y suis allé quelques fois en fin de nuit. Et je savais très bien que c’était assez hard et assez pointu à cette époque. Les gars avaient des harnais, il y avait des filets… (rires) Donc, je n’aurais jamais pu imaginer un seul instant aller chanter « Bioman » là-bas ! Mais le gars m’a tout de suite rassuré en me disant que c’étaient « Les jeudis de la chanson française ». Pour finir, je l’ai cru parce que je me suis rendu compte que c’était un organisateur qui faisait son travail et qu’il le faisait bien. Mais il a dû me rassurer un peu… (rires) Et puis, là, ce soir-là, ça a été une grande surprise. Il y avait 1700 personnes. Même le patron du Queen a été surpris. C’était formidable. Et je le dis vraiment en toute sincérité, parce que je le pense, la communauté gay a toujours été précurseur pour les modes. On est tous habillés aujourd’hui comme les gays s’habillaient déjà il y a dix ans. Et c’est pareil pour cette vague de nostalgie. Elle vient d’eux. Tout ça, c’est grâce à eux… Ce sont les premiers qui ont voulu me revoir sur scène.

À l’époque, il avait aussi les soirées « Oh La La » au Scorp et Chantal Goya y faisait un triomphe.

Effectivement. Et je le raconte également dans le livre. Mais, ce succès de Chantal ne m’étonnait pas. Chantal est une femme, et je sais très bien que les gays préfèrent voir une femme sur la scène qu’un homme. Donc, je ne pouvais pas imaginer que mes chansons feraient un succès elles aussi… Par la suite, je me suis produit dans d’autres bars et discothèques gays partout en France et en Belgique. Ça a toujours été un bonheur.

On a pas mal parlé de l’après « Club Dorothée ». Avant de parler de ces dix années de folies, j’aimerais qu’on évoque un instant ce qui s’est passé avant. Vous avez accompagné notamment Sheila sur la scène du Zénith en 1985. Quels souvenirs en gardez-vous ?

J’ai un excellent souvenir de Sheila. Ce Zénith, c’était sa première scène importante. Cette star qui avait vendu des millions de disques se produisait pour la première fois dans une salle énorme. J’ai découvert une fille formidable. Sheila est une fille formidable, je le dis et je le redis. C’est une fille simple, une fille gentille, une fille vraiment formidable. On a fait ce Zénith et quelques dates après. C’était un très beau spectacle. Elle était radieuse. Elle chantait, elle dansait. Et elle le faisait bien. Elle avait de superbes chorégraphies. C’était un très beau spectacle et je suis très fier d’avoir fait partie de cette aventure. J’aime beaucoup Sheila, vous l’aurez compris.

Vous avez accompagné Nicole Croisille et Charles Aznavour pendant quelques années. Ils sont, l’un et l’autre, connu pour être extrêmement rigoureux et exigeants. Quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise à leurs côtés ?

Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est l’importance capitale du choix de l’ordre des chansons dans un tour de chant. Ça vient de Charles Aznavour, ça. Charles, il chante dans le monde entier. En fonction du pays dans lequel nous nous trouvions et en fonction de la langue qui y était parlée, il modifiait son tour de chant. À chaque concert, il faisait une set list en fonction du public qu’il avait devant lui. Je suis un peu comme ça aussi. J’ai très rapidement compris que l’ordre était important. Même quand on est devant une salle un peu hostile, il faut les chopper avec quelque chose d’imparable. J’ai remarqué notamment avec Charles que son « Ave Maria », il le plaçait toujours à un moment crucial. À cette chanson, la salle se levait et à partir de là, il n’enchaînait que des titres forts jusqu’à la fin. Et puis, c’est vrai que j’ai beaucoup appris aux côtés de gens comme Charles Aznavour… mais à côté de Dorothée aussi. Elle était d’un professionnalisme… Quand vous avez un exemple de chef comme elle, qui n’a pas la grosse tête, vous ne pouvez pas vous permettre de l’avoir. La star ne se plaint jamais, elle y va et elle montre l’exemple. Dorothée m’a vraiment donné l’exemple du professionnalisme. Il faut le dire.

Vous êtes, comme les autres Musclés d’ailleurs, un musicien chevronné. Sur les plateaux, ça jouait en live, ça envoyait et plutôt très bien. Et pourtant, vous avez longtemps été considéré comme, excusez-moi du terme, un clown ou un mec marrant, plutôt qu’un musicien. Comment l’expliquez-vous ?

Vous pouvez le dire. On a même dit que nous étions des ringards aussi !… (sourire) Mais c’est vrai, nous étions des musiciens avant tout. Les preuves et les CV sont là. Mais ce n’est pas grave ce qu’on a dit de nous… Je vais même vous raconter une anecdote marrante à ce sujet-là. Il y a des jeunes batteurs qui ne m’ont connu qu’en tant que batteur des Musclés qui pensent que je ne joue que comme ça. Je ne peux pas leur en vouloir. Ils m’ont vu comme ça et ils ont pensé que j’étais comme ça. Un jour, un jeune batteur pendant une balance a dit « attendez, je vais jouer comme Bernard Minet ! » Et il a fait poum-tak poum-tak takatakatak et… le problème c’est que dans l’orchestre il y avait de bons potes à moi et ils lui ont dit qu’il se trompait… Mais je ne peux pas lui en vouloir. Et franchement, ce n’est pas grave. Je n’ai jamais été blessé par ce genre de remarques. J’ai plus été blessé par des critiques débiles de de Caunes. Et d’ailleurs j’en parle dans le livre. Ces critiques blessaient ma maman plus que moi. Mais finalement, ce n’est pas bien grave. Et comme je dis… c’est aussi un baromètre pour voir les mecs un peu cons et ceux qui sont un peu intelligents ! (sourire) Il n’y a pas de problème.

Venons-en à Dorothée, « La Patronne » comme vous l’appelez affectueusement. Quelle est votre toute première impression d’elle ?

Une fille super ! Un pep’s incroyable. Elle avait ce côté américain avec sa queue de cheval. Elle était toujours sautillante et pleine de vie. C’est une super nana, Dorothée ! (sourire)

La première émission du Club Dorothée a connu un incident technique dès les premières secondes. Quels souvenirs gardez-vous de cette première ?

Effectivement, il y a eu un couac dès la première minute. Nous étions en direct sur TF1… Ah là là ! Moi, très honnêtement, j’étais catastrophé ! Et Dorothée, elle, elle a géré ça de main de maître. Comme toujours, elle a réagi comme une grande pro. Elle a lancé l’émission et ça a été formidable. Beaucoup de personnes se seraient affolées et auraient rendu l’antenne. Pas elle. Et puis, il y a aussi Jean-Luc Azoulay. Il m’avait bluffé en arrivant à faire un plateau aussi sympa en si peu de temps. J’ai été très impressionné. Il est très fort Jean-Luc !

En très peu de temps, vous passez du statut de musicien, toujours un peu à l’arrière-plan, à celui d’homme de télé. Comment avez-vous géré cette notoriété subite ?

C’était une notoriété simple et tranquille. Tout simplement parce qu’il n’y avait que les enfants qui nous reconnaissaient. Les parents ne nous connaissaient pas du tout. Donc, non, il n’y a eu aucun problème de ce côté-là. Il y a tout de même un avantage qui est très vite apparu… [Bernard éclate de rire] C’est notre popularité auprès du personnel de la restauration ! Et je vais vous dire pourquoi… Ils avaient leur coupure l’après-midi pendant la diffusion des Musclés ! Et donc, la première corporation à nous avoir adoptés et à nous avoir reconnus, ça a été la restauration. Ce n’était pas désagréable… c’était même plutôt pratique ! (rires)

Quand on regarde le nombre d’épisodes de « Salut les Musclés ! », ça tourne autour de 250, quelque chose comme ça… C’est hallucinant !

Et si vous comptez « La croisière Fol’Amour », on doit tourner autour des 500.

Ça vous a plu d’endosser le costume d’acteur ? Même si, comme vous le soulignez dans le livre, vous n’avez jamais pris de cours de comédie !

Ah oui, c’est plaisant ! Très plaisant, même ! Ne serait-ce que le plaisir de voir de belles filles légèrement vêtues, vais-je dire… (éclats de rires) Mais c’était le cas, on avait toujours plein de jolies filles qui tournaient autour de nous. Nous avions chacun notre fiancée. Donc, ne serait-ce que pour ça, c’était très plaisant ! (rires)

Un mot sur « Bioman ». Qu’est-ce qui vous rapproche de Force Rouge ?

Vous savez, le mal, je n’aime pas ça. Je n’aime pas l’injustice, la tristesse non plus. Depuis de nombreuses années, et avec l’âge qui avance, j’essaye toujours de m’améliorer. C’est mon but dans la vie. Je m’améliore vers le bien. Je pense qu’on ne pourra changer la société que si nous changeons déjà nous-même. Nous devons chacun autant que nous sommes faire des efforts pour que tout le monde puisse changer. J’essaye de défendre le bien et combattre le mal… (sourire)

Un petit mot sur une chanson qui fait un peu figure d’ovni dans votre parcours, c’est « La petite fille de Sarajevo », une chanson pour le coup très ancrée dans la réalité.

Ce n’est pas la seule ! J’en ai fait aussi sur la défense de la planète et sur la paix. Je vous invite à écouter « Il y avait » où je disais que « cette planète s’appelait la terre »… Mais revenons à « La petite fille de Sarajevo ». C’était une époque où le producteur, Jean-Luc Azoulay sentait qu’il fallait essayer de véhiculer de bons messages de paix pour les enfants. Si ça pouvait sensibiliser, même peu de monde, c’était tout de même toujours ça de gagné. C’était notre idée. Et effectivement, il y avait à cette époque cette guerre terrible à Sarajevo. Ça a duré des mois. Les gens étaient dans une misère épouvantable. C’était une catastrophe, cette guerre. Donc, Jean-Luc a écrit ce texte-là. Et moi, je me devais de l’interpréter. Pour la petite histoire, lui et Pat Le Guen voulaient que j’aille tourner le clip à Sarajevo. Ce que j’ai refusé parce que j’avais les chocottes, tout simplement. Je trouvais que c’était dangereux d’aller dans un endroit en guerre. Un petit chanteur qui allait là-bas pour enregistrer un clip… je trouvais que ça ne se faisait pas. C’est d‘ailleurs une des très rares fois où j’ai refusé de faire quelque chose. Pat Le Guen est donc allé seul là-bas et il y a tourné des images. À son retour, on a monté ces images avec celles que j’avais enregistrées à Paris.



À la fin du livre, vous rendez un hommage à Framboisier et à Cabu qui nous ont quittés récemment. Framboisier vous l’avez très très bien connu, Cabu un peu moins.

Je n’ai pas forcément envie d’en rajouter. J’ai beaucoup parlé de Framboisier. Vous savez… Tout le monde a été ou va être confronté dans sa vie au fait de perdre un proche. C’est bien triste. La vie est parfois très difficile et très dure. J’ai envie de dire qu’il faut en profiter. Il faut profiter de la vie.

Votre livre vient de sortir, vous tournez un peu partout en France et en Belgique, on vous voit de temps en temps dans « Les Mystères de l’Amour ». Avez-vous d’autres actualités ? D’autres projets ?

Les concerts sont déjà une très bonne activité. C’est quelque chose que j’aime et que je fais avec plaisir. Maintenant que le livre est sorti, je vais bien travailler dessus cette année. Et après ?... j’ai un festival rock en août que je vais faire avec des musiciens. On va répéter et je vais me remettre, avec grand plaisir, à la batterie pour cette occasion. Ça déboulera peut-être sur autre chose. J’aime aussi mixer. Et là, j’ai envie pour l’année prochaine de jouer dans une pièce de théâtre. Pas un one-man. Je ne souhaite pas être seul en scène. Il faut trouver l’idée, mais j’ai déjà reçu des choses intéressantes. Disons que le théâtre, c’est quelque chose qui m’éclaterait et qui pourrait être sympa.

Une pièce de théâtre que vous écririez ?

Non, je n’en suis pas capable ! (rires) Peut-être que je participerai à l’écriture, je n’en sais rien… mais il faut d’abord trouver une idée. Je pense que c’est le chemin normal. La musique et la chanson, c’est fini pour moi. Je ne vais plus enregistrer de disques… J’avais sorti un bel album de comptines et de chansons enfantines. J’ai aussi envie de le retravailler et pourquoi pas le ressortir ? Mais la musique, c’est assez particulier maintenant… Mais, s’il y a un coup rigolo à faire, je suis toujours partant ! (rires) L’an dernier, par exemple, quand j’ai vu que les Diables Rouges [l’équipe nationale belge de football, NDLR] allaient participer à la coupe du monde, comme je suis un ch’ti, un cousin des wallons, je voulais leur faire une chanson. Je l’ai faite mais comme j’ai vu que mon ami le grand Jojo avait sorti la sienne, j’ai laissé tomber l’affaire. Tout ça pour vous dire que des petits coups comme ça, des chansons festives et rigolotes, je pense que j’en tenterai encore dans les années qui viennent…

Propos recueillis par Luc Dehon le 19 février 2015.
Photos : DR

_________________
 Like a Star @ heaven ...On ne se rencontre jamais par hasard, il n'y a que des rendez-vous...  Like a Star @ heaven
avatar
Nicolas
Modérateur

Masculin Messages : 13890
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Tempête Nébulaire le Ven 27 Fév 2015 - 21:08

choupido a écrit:Et ben , je ne suis pas prêt de l'acheter ce bouquin ...
pourquoi ?
avatar
Tempête Nébulaire
Bavard

Masculin Messages : 643
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Sébastien-Mickaël le Ven 27 Fév 2015 - 21:32

Merci Nico pour l'interview, je vais la lire ce soir Very Happy
avatar
Sébastien-Mickaël
Très fan

Masculin Messages : 4262
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par choupido le Ven 27 Fév 2015 - 21:47

Tempête Nébulaire a écrit:
choupido a écrit:Et ben , je ne suis pas prêt de l'acheter ce bouquin ...
pourquoi ?

bah le propos me parait tellement opportuniste que déjà ça me freine, les premiers commentaires ne sont pas dithyrambiques et je n'ai jamais spécialement apprécié Minet, donc voilà !
avatar
choupido
Très très fan

Masculin Messages : 9726
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par nell77 le Sam 28 Fév 2015 - 11:54

choupido a écrit:
Tempête Nébulaire a écrit:
choupido a écrit:Et ben , je ne suis pas prêt de l'acheter ce bouquin ...
pourquoi ?

bah le propos me parait tellement opportuniste que déjà ça me freine, les premiers commentaires ne sont pas dithyrambiques et je n'ai jamais spécialement apprécié Minet, donc voilà !

te connaissant, je ne te le conseillerai pas en effet Wink

_________________

"dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien On n'est plus seul, on sert enfin, enfin, à quelque chose et à quelqu'un"
avatar
nell77
Modératrice

Féminin Messages : 74110

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par choupido le Sam 28 Fév 2015 - 18:18

nell77 a écrit:
choupido a écrit:
Tempête Nébulaire a écrit:
choupido a écrit:Et ben , je ne suis pas prêt de l'acheter ce bouquin ...
pourquoi ?

bah le propos me parait tellement opportuniste que déjà ça me freine, les premiers commentaires ne sont pas dithyrambiques et je n'ai jamais spécialement apprécié Minet, donc voilà !

te connaissant, je ne te le conseillerai pas en effet Wink

bon ben tu statué sur le questionnement de la lecture ou pas !
avatar
choupido
Très très fan

Masculin Messages : 9726
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par coup de tonnerre le Dim 1 Mar 2015 - 18:57

Très belle interview !!!!!!!!!

coup de tonnerre
Fan

Féminin Messages : 2503
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Sébastien-Mickaël le Mer 4 Mar 2015 - 18:35

Le journal 20 Minutes nous propose de poser des questions à Bernard Minet :

http://www.20minutes.fr/culture/1554659-20150304-posez-questions-bernard-minet
avatar
Sébastien-Mickaël
Très fan

Masculin Messages : 4262
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par coup de tonnerre le Sam 7 Mar 2015 - 12:12

Super tchat !!!!!

coup de tonnerre
Fan

Féminin Messages : 2503
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par Sébastien-Mickaël le Sam 7 Mar 2015 - 12:13

Les questions et les réponses du tchat sont à lire ici :

http://www.20minutes.fr/culture/1554659-20150304-bernard-minet-repondu-questions-metalleux-super-public
avatar
Sébastien-Mickaël
Très fan

Masculin Messages : 4262
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bernard Minet : "Ma vie de folie" - Le topic

Message par melodie le Sam 7 Mar 2015 - 21:04

merci pour le lien

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum