Un jour, une série !

Page 4 sur 17 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 17  Suivant

Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par sandrinelag le Lun 23 Avr 2012 - 11:56

J'ai vu aussi quelques épisodes de K-2000.

sandrinelag
Fan en or

Messages : 84554

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par ERIC le Lun 23 Avr 2012 - 19:03

Les Mysteres de l'Ouest




Les Mystères de l'Ouest (The Wild Wild West) est une série télévisée américaine en 104 épisodes de 50 minutes (dont 28 - soit la première saison - en noir et blanc), créée par Michael Garrison et diffusée entre le 17 septembre 1965 et le 4 avril 1969 sur le réseau CBS.

En France, la série est diffusée à partir du 9 avril 1967 sur la deuxième chaîne de l'ORTF.

La série apparaît sur les écrans à un moment où les séries de western sont moins en vogue, contrairement aux séries d'espionnage, alors en plein essor — il faut rappeler qu'en 1965, trois films de James Bond sont déjà sortis, et qu'un quatrième est en préparation. Ceci explique pourquoi la série est présentée à l'époque comme un « James Bond à cheval » (« James Bond on horseback »)

Cette série met en scène les aventures de deux agents du United States Secret Service au service du président Ulysses S. Grant, James T. West, homme d'action et Artemus Gordon, as du déguisement et des inventions anachroniques. Se déplaçant tantôt à cheval, tantôt dans leur luxueux train privé, ils affrontent des adversaires hors du commun (Docteur Miguelito Loveless, entre autres) dans tout l'Ouest américain.

Tous les titres français des épisodes commencent par La Nuit..., la plupart des épisodes ayant lieu de nuit.

Les deux héros récurrents sont les agents secrets James West (Robert Conrad) et Artemus Gordon (Ross Martin). Les Mystères de l'Ouest a connu un grand succès à cause du mélange des genres : à la fois western, espionnage, science-fiction et fantastique (par exemple l'épisode 12 de la deuxième saison évoque Le Portrait de Dorian Gray par son thème et la présence de l'acteur Hurd Hatfield), avec un soin particulier accordé aux décors et aux personnages secondaires. L'atmosphère y est très particulière.

La série a marqué de nombreuses générations et a encore du succès de nos jours. Elle marie scènes de combats convenues mais spectaculaires, sens de l'humour souvent mordant, inventions farfelues et anachroniques et effets spéciaux (qu'on jugerait aujourd'hui rudimentaires), qui donnent avec le recul à l'ensemble une allure kitsch mais toujours agréable à voir ou revoir.

James West (Robert Conrad) est l'homme d'action du duo, toujours tiré à quatre épingles et sûr de lui, aucune situation ne lui fait peur et ne lui résiste dans le Far-West des années 1870 ; Artemus Gordon (Ross Martin) est plus cérébral : il a toujours une de ses inventions sur lui et n'hésite pas à s'affubler pour la bonne cause de déguisements (ridicules, pour certains) : il porta ainsi plus de 150 tenues différentes sur les 4 saisons !

Miguelito Loveless (Michael Dunn) est le « méchant » de l'histoire, même s'il n'est pas présent dans tous les épisodes. C'est un nain pervers et obséquieux, capable d'imaginer toute sorte d'inventions pour faire triompher le mal.

L'arrêt de la série est dû à la crainte de CBS de la violence considérée comme « excessive » plutôt qu'au déclin du taux d'audience.

Si le crédit de la création de cette série a longtemps été attribué à Garrison, il convient de noter qu'en juillet 1997 une bataille juridique a été lancée par Gilbert Ralston, créateur du pilote. Un film était en préparation (Wild Wild West produit par la Warner Bros) et seul le nom de Garrison était avancé en tant que créateur.

Un article du New York Times datant du 8 juillet 1999 (intitulé « 'Wild West' Showdown For Early TV Writers – Lawsuit Seeks Royalties for 60's Series ») précise les contours de l'affaire.

Arguant qu'il a créé les noms des deux protagonistes James West et Artemus Gordon et leurs antécédents militaires ainsi que leur qualité d'agent secret, leurs gadgets, leur train, etc., Ralston a réclamé des droits en tant que créateur de la série à la Warner. La justice fut ensuite saisie.

À l'appui des affirmations de l'écrivain, le témoignage d'un ancien responsable de CBS, Michael H. Dann, responsable des programmes pour la chaîne en 1964, contribua à rétablir l'écrivain dans ses droits. Après la mort de Ralston, la Warner finit par payer à la famille Ralston un important dédommagement financier (on évoque une somme comprise entre 600 000 dollars et 1,5 million de dollars).

Certains analystes de série, notamment Martin Winckler, ont relevé plusieurs indices indiquant que la série pouvait avoir des connotations homosexuelles. L'adjectif redoublé « Wild wild » (litt. « sauvage ») dans le titre original de la série pourrait signifier dans un certain contexte « sexuellement déchaîné ». Le personnage de James West est fréquemment vêtu de tenues moulantes, Artemus Gordon se travestit souvent en femme pour le besoin de ses enquêtes et le méchant docteur Loveless évoque fréquemment son admiration pour le corps athlétique de West. De plus, il s'avère que le créateur de la série, Michael Garrison, était ouvertement homosexuel

D'autres sources, comme le prolifique Didier Lliardet par exemple, a analysé la série dans une étude intitulée Les Mystères de l'Ouest : Les Reflets de l'étrange", éd. Yris, 2003. Premier constat évident, Artemus Gordon ne se déguise que deux fois en femme sur l'ensemble des 104 épisodes. De plus, l'interprète du Dr Loveless (Michael Dunn) étant un acteur de petite taille (1,20 m), l'admiration qu'il évoque pour le « corps » de James West peut être facilement interprétée comme une allusion à la taille normale du héros (comme le prouve l'épisode La Nuit d'un monde nouveau où Loveless conçoit une poudre qui réduit la taille de ses adversaires, West en premier). Enfin, la mode à l'époque du tournage était aux pantalons moulants. La tenue de West, notamment, respecte ce style.

En outre, Robert Conrad lui-même participait à l'évolution stylistique de ses vêtements. L'entretien de Jack Muhs, responsable des costumes, accordé à Susan E. Kessler pour son livre Wild Wild West : The Series révèle que le choix et l'évolution des vêtements de James West comme ceux de son partenaire Artemus Gordon, étaient validés par Robert Conrad et Ross Martin eux-mêmes. James M. George qui était costumier sur les plateaux de la série, avant de doubler un temps Conrad suite à une mauvaise chute, a confirmé ce fait dans un entretien en janvier 2009. Il a également précisé que le style vestimentaire étaient le fait de Jack Muhs (employé de CBS) et non de Garrisson (un sous traitant de la chaîne). Enfin, il a évoqué le personnel féminin du plateau lorsqu'il devait porter les habits de James West pour une cascade. Elles "craquaient littéralement devant cette tenue"...

Le thème musical du générique de la série (1964-1969) a été composé par Richard Markowitz.

avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9392
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par melodie le Lun 23 Avr 2012 - 21:12

alors là je connais le générique par contre les épisodes scratch

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par Maman08 le Lun 23 Avr 2012 - 21:39

Je n ai pas du tout suivi cette série!
avatar
Maman08
ABsolument Fan

Féminin Messages : 14343
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par nell77 le Lun 23 Avr 2012 - 21:49

ah oui je crois que j'ai eu regardé.....
merci Smile

_________________

"dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien On n'est plus seul, on sert enfin, enfin, à quelque chose et à quelqu'un"
avatar
nell77
Fan en or

Féminin Messages : 74110

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par sandrinelag le Mar 24 Avr 2012 - 0:39

Le titre me dit quelque chose. Mais je ne me souviens pas avoir vu des épisodes.
avatar
sandrinelag
Fan en or

Féminin Messages : 84554
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par ERIC le Jeu 26 Avr 2012 - 13:56

X Files


générique X-Files saison 1 par unpasoadelante

X-Files : Aux frontières du réel - également connu sous les titres X-Files ou Aux frontières du réel - (The X-Files) est une série télévisée américano-canadienne de science-fiction en 202 épisodes de 43 minutes, créée par Chris Carter et diffusée entre le 10 septembre 1993 et le 19 mai 2002 sur le réseau Fox.

En France, la série a été diffusée à partir du 12 juin 1994 sur M6, puis rediffusée en juillet 2008 sur Paris Première et à partir du 27 février 2009 sur NRJ12. Au Québec, la série l’a été à partir de septembre 1994 sur TQS (saisons 1 à 5) et sur Ztélé à partir de septembre 2001 (saison 8 uniquement). En Belgique, la série a été diffusée sur RTL-TVI, à l'exception de la dernière saison qui a été diffusée sur une chaîne du même groupe, Plug TV. En Suisse, la série a été diffusée dans son intégralité sur TSR1.
TQS et M6 ont diffusé les premières saisons sous le titre Aux frontières du réel, puis X-Files.

La série décrit les différentes enquêtes des agents spéciaux du FBI Fox Mulder et Dana Scully sur des dossiers classés X (« X-Files »), des affaires non résolues impliquant des phénomènes paranormaux, et la quête de Mulder visant à retrouver sa sœur, Samantha Mulder, disparue dans de mystérieuses circonstances lorsqu’il était plus jeune.

Les agents spéciaux du FBI Fox Mulder (David Duchovny) et Dana Scully (Gillian Anderson) sont les enquêteurs de dossiers classés X (Les « X-Files »), des affaires non résolues impliquant des phénomènes paranormaux. Mulder croit en l'existence des extraterrestres et au paranormal, tandis que Scully est une sceptique assignée à faire des analyses scientifiques sur les découvertes de Mulder, qui pourraient éventuellement être utilisées pour réfuter son travail et donc l’amener à réintégrer le FBI. Au cours de ces enquêtes, ils seront confrontés à des monstres, des évènements surnaturels, des conspirations et à des phénomènes ayant un lien avec les extraterrestres, présentés comme être à l'origine de l'enlèvement de la sœur de Mulder, Samantha. Au début de la la série, les deux agents deviennent des pions dans un conflit plus vaste, et sont amenés à ne faire confiance qu'à eux-mêmes. Ils développent une relation étroite qui débute par une amitié platonique, puis évolue au fil des saisons.

Cette série oppose en permanence le normal et le paranormal, le possible et l'impossible, le réel et le surnaturel, grâce au scepticisme de Scully et à l'irrationalisme de Mulder. Les évènements rapportés à chaque épisode sont toujours annoncés par des indications géographiques et temporelles précises portées à l'attention du spectateur afin de cultiver cette ambivalence entre le factuel et l'imaginaire. Cet effet est d'autant plus désiré que les faits surnaturels sont clairement montrés alors que dans toutes les bouches des protagonistes, exceptée celle de Mulder, abondent sans cesse des explications scientifiques fondées qui tentent opiniâtrement de convaincre par la parole que les faits tels qu'on les voit sont scientifiquement et physiquement impossibles, à moins justement de bien vouloir y croire, le cas de Mulder

Chris Carter est engagé par la Fox pour développer de nouvelles séries télévisées. En 1992, lors d'un dîner avec Peter Roth (président des productions télévisées de la Fox à cette époque) Carter lui propose l’idée de X-Files ; il lui explique qu'il souhaite créer une version moderne de la série Kolchak : The Night Stalker, qui était l'une de ses séries préférées[4],[5]. Au fur et à mesure que le projet avance, Carter ajoute de nouveaux détails, notamment après avoir vu un agent du FBI interviewé dans l’émission du célèbre Larry King, qui enquêtait sur le culte satanique. C’est ainsi que l’idée d’introduire le FBI dans le scénario lui est venue.

La série a été proposée deux fois à la Fox, avant d'être acceptée par la chaîne, qui souhaite néanmoins que l'héroïne soit pulpeuse et sexy. Selon les producteurs, Gillian Anderson n’était pas assez connue, pas assez grande ni assez blonde pour pouvoir jouer le rôle, mais Chris Carter les a convaincus de la garder pour ce rôle.

Trois ans avant X-Files, David Duchovny travaillait à Los Angeles, et voulait d’abord consacrer sa carrière au cinéma. Mais en 1993, son manager Mélanie Green lui a donné le script pour l'épisode pilote de la série. Ils étaient tous deux convaincus que c'était un bon scénario, alors Duchovny a décidé d’auditionner pour le rôle de Fox Mulder. Lorsqu’il a auditionné la première fois, c’était « impressionnant », mais il parlait assez lentement, et en début d’audition, Chris Carter pensait que Duchovny n'était pas assez « brillant » pour le rôle, mais il est allé le voir lui a demandé s'il pouvait « par pitié » s'imaginer comme un agent du FBI la semaine suivante. Le directeur de casting de la série a été très positif à son égard. Selon Carter, Duchovny s'est avéré être l'un des meilleurs lecteurs qu’il connaissait[8]. Carter se rappelle avoir été contractuellement obligé de proposer à la Fox au moins deux acteurs pour le rôle, mais il était confiant concernant Duchovny, il savait dès le départ que c’était le meilleur choix[9]. Après avoir obtenu le rôle, Duchovny pensait que la série ne durerait pas longtemps, ou qu'il n’y aurait pas beaucoup d'impact.

Gillian Anderson a obtenu le rôle de Dana Scully grâce à l’insistance de Carter, qui disait qu’elle serait parfaite pour le rôle. Mais, au début, les dirigeants de la Fox étaient réticents face à cette inconnue au physique inhabituel à la télévision et voulaient une femme plus glamour, en espérant qu’il y’aurait un élément romantique dans la série. Cela a conduit Carter a insister sur le fait qu’il ne voulait pas que Mulder & Scully deviennent romantique, en citant la relation entre les personnages principaux dans la série Moonlighting en tant qu’exemple à éviter. Dès le début de la série, Anderson a défini ses premiers travaux sur la série comme « une expérience d'apprentissage complète pour moi - le pilote était seulement le deuxième moment que je passais en face d'une caméra ».

La série a aussi introduit le personnage de Walter Skinner, interprété par Mitch Pileggi, qui est devenu un personnage récurrent, puis plus tard, un personnage principal. Pileggi avait auditionné sans succès pour plusieurs autres personnages de la série avant qu’il auditionne pour le personnage de Skinner. D'abord, le fait qu'on lui ait demandé de revenir auditionner pour le rôle l'avait rendu perplexe, jusqu'à ce qu'il ne découvre la raison pour laquelle il n’avait pas été choisi pour les autres personnages. Chris Carter avait été incapable d'imaginer Pileggi comme n'importe lequel de ces personnages, en raison du fait que l'acteur avait rasé sa tête… Lorsque Pileggi a participé à l'audition de Walter Skinner, il était d'une humeur grincheuse et ses cheveux avaient légèrement repoussé. Le comportement de Pileggi correspondait bien au personnage de Skinner, obligeant Carter à présumer que l'acteur faisait semblant d'être grincheux. Après avoir obtenu le rôle, Pileggi croyait avoir eu de la chance, qu'il ne serait apparu que dans seulement un seul épisode et aurait manqué l'opportunité de jouer le rôle récurrent de Walter Skinner.

Après le semi-départ de Duchovny suite à la 7e saison de la série, les producteurs ont introduit l’Agent Spécial John Doggett, interprété par l’acteur Robert Patrick. Carter croyait alors que la série aurait pu continuer pendant encore une dizaine d’années, avec de nouvelles pistes. C’est ainsi que, pendant les deux dernières saisons, le générique change, afin d’y introduire le nouveau personnage, et Skinner, qui est lui aussi devenu un personnage principal.
L'avenir de la série était incertain, car au cours des dernières saisons, la présence de John Doggett n’a fait que donner une légère poussée des audiences.

Le tournage de la série a débuté en mars 1993, à Vancouver au Canada. Les cinq premières saisons ont été tournées et produites là-bas, mais à partir de la sixième saison (1998), la série a été tournée à Los Angeles, au sud de la Californie sur la côte Pacifique. David Duchovny en serait la cause, souhaitant se rapprocher de sa famille[16]. Gillian Anderson voulait aussi retourner aux États-Unis, Chris Carter a donc décidé de déplacer toute l’équipe de la série à Los Angeles après la cinquième saison. La saison s’est terminée en mai 1998 avec l’épisode « The End », qui a été tourné à Vancouver et qui a réuni toute l’équipe ayant travaillé là-bas durant ces 5 saisons, incluant le directeur et le producteur R. W. Goodwin et sa femme Sheila Larken (qui a joué et rejouera Margaret Scully
Avec le déménagement à Los Angeles, beaucoup de changements ont eu lieu pendant la sixième saison, particulièrement en coulisse, du fait que certains membres de l’équipe technique avaient changé. Le nouveau chef décorateur (Corey Kaplan), rédacteur (Lynne Willingham), scénariste (David Amann), et réalisateur/producteur (Michael Watkins) resteront pendant plusieurs années. Bill Roe est devenu le nouveau directeur de photographie et les décors des épisodes sont généralement devenus plus secs, plus brillants en raison de l'ensoleillement et le climat de la Californie, par rapport à la pluie, le brouillard et les forêts tempérées de Vancouver. Au début de cette saison, les producteurs ont profité de leur nouveau lieu de tournage pour tourner des épisodes qu’ils n’auraient pas pu tourner auparavant. Par exemple, l’épisode « Poursuite » (à propos d'un homme sujet à une maladie inexpliquée) a été un épisode d'action frénétique, inhabituel pour la série, notamment en raison de son emplacement sur les routes dans le désert du Nevada. Le double épisode « Dreamland » prend aussi place dans le Nevada, dans la célèbre Zone 51.

L’équipe de X-Files est retournée à Vancouver afin de filmer X-Files : Régénération. D’après Spotnitz, le scénario a été écrit spécialement pour que le film soit tourné là-bas[21]. Le tournage du film a donc débuté en décembre 2007, à Vancouver, sous la direction de Chris Carter, et s’est achevé le 11 mars 2008.

Paul Rabwin, le co-producteur de la série, se rappelle que la création du générique avait été « un sacré voyage », et que Carter avait demandé à l’opérateur vidéo s’il était possible « d’étirer » le visage montré dans le générique[6]. C’est ainsi qu’ils l’ont étiré graphiquement, et qu’elle est devenue l’image celèbre du générique.
Pour la musique du générique, Mark Snow, le compositeur de la série, avoue que pour trouver la parfaite sonorité, il a fallu que Carter lui envoie « des tonnes de CDs » pour lui dire ce qu’il aimait dans chacun de ces CDs[6]. Le générique a donc été créé de cette manière. À l’époque, lorsque la série débutait, la musique et le visuel du générique étaient considérés comme qualitatifs, du « jamais vu » à la télévision américaine, du fait de la rareté des moyens utilisés pour sa conception.

Le générique reste le même pendant les 2 premières saisons, puis est réarrangé musicalement à partir de la saison 3. Il restera ensuite identique jusqu’à la saison 7 incluse. Lors de la huitième saison, il fut partiellement modifié, suite à la disparition de Fox Mulder et l'apparition de l'agent John Doggett. Ce générique aura plusieurs versions, selon la participation ou pas de David Duchovny à l'épisode, de même pour celle de Gillian Anderson. Pour la neuvième et dernière saison, il fut totalement remanié.

Il se termine habituellement par la phrase « The truth is out there » (« La vérité est ailleurs » dixit Heidegger et Platon).

avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9392
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par sandrinelag le Jeu 26 Avr 2012 - 14:06

J'ai regardé cette série. Je l'aimais bien à l'époque.

avatar
sandrinelag
Fan en or

Féminin Messages : 84554
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par Maman08 le Jeu 26 Avr 2012 - 14:35

moi aussi! J ai été assez fan de cette série!! J ai du quasi tout voir!
avatar
Maman08
ABsolument Fan

Féminin Messages : 14343
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par Dragomira le Jeu 26 Avr 2012 - 14:37

Maman08 a écrit:moi aussi! J ai été assez fan de cette série!! J ai du quasi tout voir!

Pareil. sunny
Je regrette juste qu'elle ne soit plus diffusée ...

_________________
avatar
Dragomira
Timide

Féminin Messages : 402
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par nell77 le Jeu 26 Avr 2012 - 18:22

je ne connais ABsolument pas!!!! jamais vu de chez jamais

_________________

"dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien On n'est plus seul, on sert enfin, enfin, à quelque chose et à quelqu'un"
avatar
nell77
Fan en or

Féminin Messages : 74110

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par FandeDo25 le Jeu 26 Avr 2012 - 23:31

J'ai toujours adorée cette série. J'ai du voir tous les épisodes. Vraiment une des mes préférée.
Ma préférence va nettement au duo Mulder et Scully, (dans les 2 dernières saisons on a eu le duo Dugget et Rayes) en particulier avec les épisodes dit "complots".
D'ailleurs à chaque fois qu'elle est rediffusée, je ne me lasse jamais de regarder I love you
Et ce générique, SUPER.

_________________
N°1 toujours

https://www.youtube.com/user/FandeDo25?feature=mhee
avatar
FandeDo25
Très très fan

Féminin Messages : 7542
Age : 37

http://www.dobibliogeek.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par choupido le Ven 27 Avr 2012 - 7:59

je connais de nom, la SF ne m’intéresse pas, j'ai jamais regardé!
avatar
choupido
Très très fan

Masculin Messages : 9832
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par melodie le Sam 28 Avr 2012 - 10:11

une bien chouette série en effet MERCI !!!!!!!

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par Tintin le Lun 30 Avr 2012 - 20:35

Culte! alien

_________________
avatar
Tintin
Modérateur

Masculin Messages : 23075
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par ERIC le Jeu 3 Mai 2012 - 14:07

Magnum

[url]
Magnum - Générique par austin[/url]

Magnum (Magnum, P.I.) est une série télévisée américaine en 161 épisodes de 50 minutes, créée par Glen A. Larson et Donald P. Bellisario et diffusée entre le 11 décembre 1980 et le 1er mai 1988 sur le réseau CBS.

En France, la série a été diffusée à partir du 13 décembre 1981 sur Antenne 2 et rediffusée sur France 3 ainsi que sur France 4, M6 et 13ème rue et au Québec sur le réseau TVA.

Ancien combattant de la Guerre du Viêt Nam, Thomas Magnum s'occupe désormais de la sécurité d'une des propriétés de l'écrivain Robin Masters, située à Oahu, dans l'archipel d'Hawaii. À la suite d'un pari perdu, l'auteur à succès lui laisse la jouissance des lieux ainsi que de sa Ferrari.

Magnum partage le domaine avec Jonathan Quayle Higgins III, un majordome britannique, ancien soldat de l'armée des Indes. Higgins supporte mal la décontraction de Magnum et lui rend la vie difficile avec ses deux dobermans, Zeus et Apollon.

Magnum travaille aussi comme détective privé. Il fait souvent appel à ses amis Terry et Rick, eux aussi vétérans du Viêt Nam. Terry est un pilote d'hélicoptère reconverti dans le tourisme aérien, et Rick est devenu gérant d'un club sélect situé en bord de mer, le King Kamehameha.

avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9392
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par melodie le Jeu 3 Mai 2012 - 17:57

merci éric c'est une super chouette série c'était super !

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par nell77 le Jeu 3 Mai 2012 - 21:16

oooooh je me souviens que j'adorais ça quand j'étais toute petite
merci Wink

_________________

"dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien On n'est plus seul, on sert enfin, enfin, à quelque chose et à quelqu'un"
avatar
nell77
Fan en or

Féminin Messages : 74110

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par FandeDo25 le Jeu 3 Mai 2012 - 22:15

Je me souviens avoir regardée quelques épisodes mais pas tout.
Très sympa comme série.

_________________
N°1 toujours

https://www.youtube.com/user/FandeDo25?feature=mhee
avatar
FandeDo25
Très très fan

Féminin Messages : 7542
Age : 37

http://www.dobibliogeek.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par ERIC le Jeu 10 Mai 2012 - 14:17

Alerte a Malibu




Alerte à Malibu (Baywatch) est une série télévisée américaine en 243 épisodes de 45 minutes, créée par Michael Berk, Douglas Schwartz et Gregory J. Bonann, diffusée entre le 23 avril 1989 et le 6 avril 1990 sur le réseau NBC pour la première saison puis entre le 23 septembre 1991 et le 14 mai 2001 en syndication pour les 10 autres saisons. Les deux dernières saisons seront délocalisées à Hawaii. C'est la série la plus regardée au monde avec plus d'un milliard de téléspectateurs par semaine.

En France, la série a été diffusée à partir du 2 janvier 1991 sur TF1. Au Québec, la série a été diffusée sur le réseau TVA. En Belgique la série est rediffusée depuis le 3 janvier 2011 sur AB2.

À ce jour, cette série reste la plus vendue dans le monde
Son créateur, Greg Bonann, est un ancien sauveteur et s'est inspiré de ses propres souvenirs sur la plage. Le pilote, tourné en 1989, a donné lieu à une première saison, qui a été stoppée en raison de ses coûts de production. Flairant le potentiel de la série, David Hasselhoff, son acteur principal, décide de reprendre le projet en syndication et s'investit comme producteur exécutif. Le programme connaît alors un immense succès.

La musique du générique de la première saison est Save me, interprétée par Peter Cetera.

Pour la diffusion en syndication (dès la deuxième saison), un nouveau thème est utilisé et restera la musique du générique. Il s'agit de la chanson I'm always here, interprétée par Jimi Jamison (chanteur du groupe Survivor). Le générique de fin est chanté par David Hasselhoff, avec son titre The Current of Love.

Sur l'édition DVD de la série, le thème du début a été remplacé par la chanson Strong enough de Evan Olson (tirée de son album Audio). Le générique de fin est également remplacé par la chanson A Beautiful Life, chantée par David Isaacs.

Malgré de nombreux défauts, reconnus et surtout assumés par son équipe, Baywatch a su s'ériger en symbole du mode de vie californien. Ainsi, de nombreux hommages ont été rendus à la série, par exemple dans la sitcom Friends où les personnages de Joey et Chandler se prennent de passion pour les séquences de course au ralenti des sauveteuses en maillot de bain. Également, dans le film Borat, où le héros du même nom s'éprend pour l'actrice Pamela Anderson, qu'il croit être le personnage qu'elle incarne, CJ Parker. Une parodie pornographique a été tourné en 2010, intitulé This ain't baywatch xxx avec Samantha Sin.

La série Alerte à Malibu a réalisé un record d'audience hebdomadaire estimé à 1.1 milliard dans 142 pays en 1996
avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9392
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par melodie le Jeu 10 Mai 2012 - 14:30

merci éric j'ai bien regardée quelques épisodes surtout les premiers ensuite moins vers la fin de la série

melodie
Fan en or

Féminin Messages : 67557
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par Okaya le Jeu 10 Mai 2012 - 18:57

J'aimais bien cette série. Pas forcément pour le scénario Rolling Eyes
Enfin, comme pour 90 % des gens quoi...

J'aimais assez le générique de fin !



A l'époque hein ! Laughing

_________________
avatar
Okaya
Administrateur

Masculin Messages : 16333
Age : 40

http://www.absolumentdorothee.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par nell77 le Jeu 10 Mai 2012 - 19:40

j'ai regardé pas mal d’épisodes.....
au moins ça ne prenait pas la tête....

_________________

"dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien On n'est plus seul, on sert enfin, enfin, à quelque chose et à quelqu'un"
avatar
nell77
Fan en or

Féminin Messages : 74110

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par FandeDo25 le Jeu 10 Mai 2012 - 19:42

J'ai regardé une bonne partie de cette série mais je n'ai pas dû aller jusqu'à la fin. J'aimais beaucoup le générique.

_________________
N°1 toujours

https://www.youtube.com/user/FandeDo25?feature=mhee
avatar
FandeDo25
Très très fan

Féminin Messages : 7542
Age : 37

http://www.dobibliogeek.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par imala le Ven 11 Mai 2012 - 15:55

Je n'ai pas regardé tous les épisodes de cette série mais une bonne partie. Il y avait de très belles naïades.
avatar
imala
Très bavard

Féminin Messages : 1921
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, une série !

Message par ERIC le Dim 13 Mai 2012 - 18:04

Zora la rousse


Generique : Zora la rousse par tartenpion333


Zora la rousse (Die Rote Zora und Ihre Bande) est une série télévisée d'aventure germano-helvético-yougoslave en treize épisodes de vingt-six minutes, créée en 1978, réalisée par Fritz Umgelter, sur le scénario de Fritz Umgelter et Peter Kölsch d'après le roman éponyme de Kurt Held.

En France, la série a été diffusée à partir du 9 janvier 1981 au 27 mars 1981 sur Antenne 2 dans l'émission Récré A2
Sa mère étant morte et son père parfois introuvable, le jeune Branko se retrouve seul. Alors qu'affamé, il attrape un poisson tombé par terre au marché, il est injustement accusé de vol. Directement conduit à la prison, il est libéré par une certaine Zora la rousse…

Cette série destinée à la jeunesse met en scène, sur les côtes de l'Adriatique, à Senj, en Croatie, les aventures d'une bande de jeunes adolescents en rupture de ban. Branko, un jeune orphelin, entre dans la bande de vagabonds que sont les Uscoques, autrefois chevaliers maîtres de cette portion de l'Adriatique dont les enfants ont adopté le nom. Ils ont d'ailleurs élu domicile dans un vieux château qui appartenait aux chevaliers.

Zora est leur chef. C’est évidemment la couleur de ses cheveux qui lui a donné son surnom : Zora la Rousse. Zora vient d’Albanie. Elle a quitté son pays quatre ans plus tôt pour fuir la vendetta qui a touché sa famille. Durant une chasse, son père a tué par accident un membre d’une autre famille, laquelle a décidé de se venger en assassinant tous les hommes de la sienne. Son oncle, son père et ses grands frères ont été tués. Sa mère et elle ont passé la frontière pour protéger le petit frère. La mère de Zora est morte de la même maladie que celle de Branko, son petit frère qui n’a survécu au décès de sa mère que quelques semaines.

Zora n’a pas voulu rester à l’orphelinat, elle aime trop la liberté pour ça.

Si elle est la chef des Uscoques, c’est parce qu’elle est la plus forte.

Tout au long du feuilleton, on suit les aventures de la bande. Au quotidien, leur problème majeur est de se nourrir. Ils en sont souvent réduits à voler pour manger et ont mauvaise réputation à cause de cela (telle la mésaventure de Branko au marché). Mais on assiste aussi à leur descente aux enfers. Au vol, s’ajoute quelques menus faits qui vont précipiter leur perte. Optant pour la fuite, ils décident ensuite de revenir à Senj reconquérir leur château. L'amitié que leur porte le vieux pêcheur Gorian mettra en lumière leurs qualités de cœur et de courage quand ils lui viendront en aide pour contrer les manigances d'une puissante société de pêche.

Zora et ses compagnons comptent aussi parmi leurs amis Cursin le boulanger, qui leur donne chaque jour tout son pain de la veille, et le vieux portier de l'Hôtel Zagreb.

Le riche Caraman, lui, complote sans cesse leur perte et les fait pourchasser sans trêve par les deux gendarmes Dordevic et son bedonnant compère Begovic. Mais les Uscoques courent trop vite pour eux !

L'écrivain allemand Kurt Held a écrit Die Rote Zora und ihre Bande, Eine Erzählung aus Dalmatien für die Jugend (littéralement, Zora la Rousse et sa bande : un Conte de Dalmatie pour la jeunesse) en Suisse, ayant fui l’Allemagne nazie, et publié en 1941.

Il est traduit en français sous le titre Zora la rousse à l’École des Loisirs en 1980, grâce à la série diffusée en France.
En 1978, Lidja Kovacevik, quatorze ans, a été choisie pour le rôle principal de la série. Ayant des cheveux châtains, la production les lui a fait teindre en roux.
Le tournage a eu lieu en Yougoslavie, aujourd'hui Croatie, où un représentant du ministère de la Culture yougoslave a failli l'interdire à cause d'un prêtre ayant un rôle trop important.
La chanson du générique Zora la rousse écrite par Pierre Carrel et composée par Christian Bruhn, est interprétée par Kity Palm.

« Zora la Rousse » a donné son nom à un prix décerné en Suisse, chaque année de 1991 à 2006, par le Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes. Le prix visait à récompenser les auteurs de projets ayant trait au domaine des médias (théâtre, musique, littérature, films ou encore matériel pédagogique) pour l'enfance et la jeunesse, qui traitent de l'égalité entre hommes et femmes, garçons et filles. Le dernier prix fut remis en juin 2006

avatar
ERIC
Très très fan

Masculin Messages : 9392
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 17 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 17  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum